hs 260

de soi ce sillage
mais sur quel miroir quelle eau
de quelle eau dormante
le silence enfin

la vie bruit bas
et semble elle-même de soi
être le lointain
inverse en abîmes multiples

— le monde est de nuits.


Protégé : concertantes 21

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


déconcertante 5

le temps a cessé
la mue des nuages
inscrit espace ébauche une page
aux voix bleue — forme inaudible.


hs 259

un feu a pris
qui — il dure encore
pour un peu dans les branches
— la lune couleur cendrée semble proche pleine

un chant inaudible
puis le vent tourne et passe
une pluie froide
noire met à nu le monde

— cela recouvre oeuvre au noir toute terre.


Protégé : concertante(s) – 20

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


hs 258

ici
ce ne sont pas les larmes
qui brouillent voir
le gel a vitesse

blanche — étrangère
sur les prés  la rosée
et l’hiver posent — à nu
la main des élagueurs

à nu sur des bois déserts.


hs 257

nuit autour des voix
vives trop fortes trop lourdes
d’avoir été apostées
là dès avant l’aube

parmi les relais
les retards le jour
tarde parmi à travers rien
se lever sommeille

— dans les rues marcher est absence.


déconcertante – 4

ce passant qu’isole
plus encor’ la ville

le ciel blanc avance
dessous la nuit noire
l’heure indifférente
au monde distant

sa musique pauvre
rêve chaque accord

l’heure indifférente
au monde distant.


dé-concertantes 3

quoi brille du loin
au travers des brumes
la lumière estompe
le fleuve intangible.


Protégé : concertante(s) – 19

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :