h3s 410

au dedans de soi

question sans savoir
pourquoi cela bat
et rythme le souffle

plus rien n’est — connaître

outre la mesure
mais le don quelle aune
d’autre démesure
& quel empan de songe

ici chute libre


h3s 409

soudain ne plus voir

la lumière même
dont l’excès se mêle
d’arpenter les eaux

ici sans plus rien autre

la neige loin ne laisse
d’une surgie brusque
delà les bourrasques

qu’une passée bleue


h3s 408

la ville est déjà nuit

on n’entend plus rien
ni de ce qui est
ni même du pas

au droit surplomb des ombres

l’éblouie des ciels
vient ici brûler
une flamme flambée rouge

ce plus lent crépuscule


h3s 407

quelque la lumière

on la sait ici
l’hiver sans jamais
ressentir le souffle

qui est avant l’aube

un silence et même
son lointain envers
— une voix se tait

trouée de nuages


h3s 406

cela qui est là

au long des terres
le noir de la nuit
coule comme d’encre

juste sous les yeux

et nul pour connaître
derrière la brume
quel autre chant clair

une l’aube ouvre l’hiver


h3s 405

le temps au décours

les yeux levés brillent
et ce qui les brûle
est autant de voir

crue et décrue d’ombres

que même la nuit
ne peut plus atteindre achever
— à ce seuil demeure

de nous quel limon

 


h3s 404

la pluie une cendre

des pavés luisent
absurde la ville
dessous se tait terne

elle toute absence

on sait si peu
ici ce que puise quoi libère
l’eau du fleuve ni _

quel son estuaire


h3s 403

cela n’est rien autre

des formes sans nom
qui vont dans les rues
rien plus à connaître

que jusque au cœur de la nuit

et  ci errent des spectres vont sans
une plus âme qui plus vive
— on va ouvrir les yeux

aller regarder le ciel


h3s 402

qu’est-ce cela ici

on peine à lever
les yeux du sol noir
d’ailleurs à quoi bon

après le jour inverse

plutôt la nuit toute
et féroce et dure
à sa proie — plus haut

le vol d’une mésange


h3s 401

là quelle image tient

le jour va sans couleur
seules les heures sonnent
on n’entend que leur pas

sous quel grain quelle neige

on estompe de soi
quoi va au loin du gel
— une lumière exacte

venue brusque en bourrasque