Rondeaux, sonnets et autre pièces brisées

Ce serait dire aussi vers où aller, au jour le jour. Rythmer comme on en a l’énergie. Respirer dans l’irrespirable.

Au début du siècle précédent, les horlogers suisses durent abandonner toute fabrication de montres complètes. L’industrialisation croissante de leur artisanat d’art les condamna à ne plus fabriquer éternellement que le même fragment de montre, incomplet, incapable de fonctionner seul. Leur métier devint répétition de gestes absurdes, ne délivrant plus de totalité signifiante. Bernard Noël rappelle cela, dans son hommage à Christian Gabriel Guez Ricord.

Tercets, quatrains, rondeaux ou proses, lorsqu’ on est pris dans la gangue qu’est le monde du travail, qu’on est condamné à les rédiger dans les interstices, on aimerait vraiment les voir s’élever jusqu’à un sens, même fragmentaire. On n’en trouverait la clef que plus tard. Parce qu’écrire n’est pas que partie brisée, bien au contraire.

Alors, soit la contrainte, plutôt que le rien: un par jour, on publie avec un léger décalage ce qui semble pouvoir tenir.  Même de guingois.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :