la table de travail

bureau travail couleurA la table seul

la vie autour fait ses bruits menus

dans l’appartement la cour  sur le boulevard

on les écoute au long du jour

dans la langueur

elle va jusqu’aux longueurs

plus qu’à son tour

quand vivre traine

/

puis

/

on a pris et papier et crayon

les mêmes objets toujours

qui rassurent la main

plus que le clavier

à force  ils n’y pèsent presque plus

/

L’obscurité soudaine qui tombe des nuages

ça gronde un peu  l’eau rage

la pluie cliquète alerte

les voitures chuintent au dehors

On ne sait pas

on a besoin -et pourquoi-

de tout ce fatras pour entrer en mémoire plus

lointaine

brusque

qui

exige parole.

On ne sait pas qui voudrait

parler

dire

pleurer

crier

venir

ou s’en aller ainsi

en paix

sur l’éclat clair du papier

sous la lampe.


One response to “la table de travail

  • Francesco

    La lampe allume le papier qui s’en va, crie, pleure, mais ne dit mot avant que de fatras de poussière consumée se transformer…
    Où sont les maudits, les maux et cris, les moqueries???

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :