Icaria 38

Le franchir d’un seuil muré
permet l’entrer comme on rêve
dans la chambre haute et sombre

d’antiques meubles en bois
craquent bruissent ou gémissent
sous les ans accumulés

un  silence psalmodie
dans la pièce entière close
comme inaudibles paroles

se répète un presque chant
la diction haute bruit quand
flottent de grandes voix sourdes

l’espace vide résonne
seule  mémoire du plain
comme une voûte déserte


beau temps que morts les vivants
mais leurs méditations lentes

demeurées vives  au séjour.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :