comme mémoire loin / Icaria 44

L’air était de douceur
le jour clair dans la chaleur
neuve d’avril

il était sorti
on lui avait offert
– il n’était guère qu’un enfant –
un beau joujou brillant

qui l’emmenait sur ses ailes
haut dans le ciel profond
un vol dans la vitesse nue
délaissés l’horizon terne
les limites contraintes
que faisaient les jours

aux flaques de l’averse
tombée au petit  matin
brillaient rameaux qui s’ouvraient
un séjour immense – bleu

l’enfant ne vit ni n’entendit
qui rugissaient vers lui
sur la route
un bloc opaque
vingt tonnes de nuit

il était trop loin
dans son rêve .


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :