icaria 79: d’un soir l’exil (instantanné paradoxal 9)

des voix disaient le monde
la peine l’ailleurs et l’exil
la salle était vaste et trop claire
le bruit de la ville autour entrait cru

depuis des années on n’avait changé
rien si ce n’est la perte et les façades
les matinées toujours aussi exsangues
les journées plus agitées de parcours

on ne rencontrait plus aucun de ceux
qui s’ inventaient au dire juste dans le lieu

les cercles orangés du sodium
nuancés de néons bleus n’y pouvaient rien
le jour s’éteignit ébahi

ce fut soudain plus dense
blanc le plain du silence en vol
sous les ramures noires et nues
la première neige de l’année

quelqu’un dit redevenu enfant lointain
« c’est ma première neige de l’année! »
sa terre par-delà l’Océan et le soir.


One response to “icaria 79: d’un soir l’exil (instantanné paradoxal 9)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :