Icaria 80:scordatura(inachevée)

Jour éteint derrière soi la nuit blanche
dans la lumière se jette le gel
pas de repos  juste les pas – répit
bref – qui claquent là au fil de l’eau noire

la ville détourée île flotte d’amont
s’enfonce au clapot noir  épais du flot
les voix des passants dessus grincent les rails
au passage des trams ça rit ça parle

ça passe pour rien vers rien tout est faux
des propos et des rires des musiques chantent
discordes des airs déments parodie
sous le ciel froid mordent de grands flux Nord

avancer un peu se taire et traverser ça
même là où le cahot sourd des flots furieux
sonne dans l’ombre opaque heurte les ponts
l’air épais les sons d’ailleurs on entre où

là où tout descend et file transi flotté
vers quoi de l’embouchure sa violence
n’y penser pas suffit à remonter la rive
le flot en contre-marche escalier terre

plus ferme on cogne à la grille une porte
grince  s’ouvre la chaleur dedans claque
au visage et.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :