Icaria 81: d’un seuil

Ouvrait à la Nuit la porte voilée – espace-
un seuil  invisible derrière quoi jouent libres
les mascarets que nul ne franchit sans vertige

des arches ancrent à la crypte leurs pierres
rouges et brûle la danse des ombres
la lumière résonne de sphères passées

la couleur tremblée danse  et accorde instruments
quand s’élève la voix claire le chant
la musique ranime intervalle le souffle

les sentinelles tracées aux voûtes en ruines
s’éveillent et rejoignent le chœur impromptu
de ce qui embrase déferlent les échos

le monde froid gris et mort le dehors
inerte dissone en vain dans le vide
aux lampes sont calmes des flammes claires

le vent se lève brise dans le rêve
loin sur la Dune les herbes fluent doucement
vient se poser au rivage écume la vague

le ciel est constellé deux ombres marchent
en chemins sur l’estran vont leur pas dans le soir
l’une et l’autre s’approchent et se fondent

là derrière l’horizon où luit et se lève
bleu l’accord majeur d’un astre inconnu.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :