23 Fugue variation continentale

Lui l’étranger il franchit la porte
il se mêle aux passants il disparaît
dans la foule qui se presse un simple regard

posé dans une oblique  subtile il retient
ce que lui seul peut voir il n’est pas de la ville
il n’est plus de nulle part si ce n’est du lieu

où chatoient les ombres et les couleurs
les formes et les figures du monde
prises même parmi la cohue et l’absurde

il demeure dans l’orbe du visible
il sait bien que le grand fleuve qui y scintille
se perd dans l’estuaire avec tout ses reflets

il n’y peut rien il y aura peut-être un havre
ourlé par une ligne d’écume légère.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :