ekphrasis 1 : lentement s’effacer

Le vent ou l’hiver l’avaient renversé
d’un seul souffle violent mauvais et glacé

il était couché ne gisait pas
sa vie n’était plus qu’ombre de rêve
ligne ou brume posée sur le regard

dans les branches la sève ne circulait plus
les oiseaux avaient nidifié
les herbes sèches bruissaient autour de lui

on espérait que le fleuve l’emporterait
ou que ces terres l’engloutiraient.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :