ekphrasis 8

dire ses chemins
cela d’eux qui s’efface
pour qui les arpente

ce qui d’eux reparaît devant
un lever de voile
aux marges  son oblique

les rêts du visible
endiguent la perspective
trop lointaine

arrêt – le songe
juste sous les yeux
net

une frappe sèche l’hiver.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :