impromptu8 mono no aware

L’averse s’éloigne
la suit une trainée d’ombres
passages sans fin
dans les journées l’équinoxe

des arbres s’éveillent
de petites flaques brillent
miroirs éphémères
à consteller l’avenue

viennent s’y poser
voiles ou barques fragiles
des pétales blancs
qui se détachent d’un souffle

puis

flottent comme un geste s’ouvre.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :