impromptu16

D’ un peu de langue qui s’élance
seule gyroscope la vie
de tout ce qui dans les jours

paraît et s’efface

à y perdre le repère
rythmique du pas
à elle même semblable

quoiqu’il advienne

dans la rue un homme
pousse son piano
bloque le panneau roulant

se met à jouer

on ne sait trop quoi
que personne n’entend
sous un arbre qui s’ouvre

d’un grand cercle seul autour tourne

un enfant plus loin s’amuse à s’éclabousser
à la fontaine retrouvée.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :