impromptu17

Cercle la moire blanche
à se faire et se défaire
éblouit même le flot noir

l’astre brûle la rétine
inverse la chute
où luit une plume

presque calame oublié
dans l’été trop tôt venu
hier l’hiver encore

ce qui se reprend
du rythme au vivant
un courant imparable

appelle on ne sait d’où venu
en dépit de tout
– un peu de vie vibre parole-

bloc noir à battre fer rouge les mots.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :