sans filet 48 chute

Le sol se dérobe
crevasse tout cesse
du passage
chute atone

un vide
trou d’air
sans savoir
on laisse

faire le poids
pas d’ennui
juste rien
rien cela

dehors la lumière
demeure belle
elle n’appelle
plus assez fort

c’est tout

le chant des oiseaux
vole aux crépuscules
un vivre inlassable
on n’y était pas

pour toutes ces heures

on est ramené par le soir
la chaleur vibre dans les feuilles plus douce
on se relève naufragé
le rivage d’être porte les pas

à nouveau.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :