sans filet 49

ce sont des pas
des voix des mains
ce que saisit le jour

ce qui eut lieu

et puis rumeur
à s’en aller
là dans le soir

ce qui revient

par où la ville
finit son bruit
et s’ ensommeille

à perdre sens

sous la chaleur
décroche blanc
un long ruban

de la vie nue

incandescence

que reste-t-il

si ce n’est là
une pierre blanche
dans la boue des fossés

qu’on ne voit pas
et le seul vrai?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :