sans filet 64 (XI [+I] )

Le corps fait fracas calme
expirer inspirer
où s’en est-elle allé

la chute soudaine

l’image de lui claire
une figure en marche
traverse un pays-page

qui ne finit pas

sous la falaise en cendres
il s’éveille poussière
peu à peu les repères

n’était que mirage

reviennent hors la peur
que ne cède le sol
où il est allongé

mais peut-être aussi

une goutte de pluie
tiède touche sa joue
empourprée puis une autre

toute trajectoire

c’est sur un lit de sable
temps de l’averse brève
sur un monde stérile

que laisse la vie

il attend pour  partir
de ne suivre enfin que
le simple de la brume

commune buée.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :