III.3

Un feu d’air calme –  le souffle l’aube  le soir   – les brasiers lents du jour. De l’horizon s’estompe et s’approche la ligne ouverte irréelle, ce qui est. On peut avancer d’un pas, d’un autre peut-être, on va alluvion de vent laisser regard et corps tracer leurs sillages parmi ce qui n’a plus ni proue ni poupe.


One response to “III.3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :