parcelle 27

ce qui fut sans limites
pétrifié désormais
s’éloigne et chute au gouffre

sans fin

la roche-mère à nu
retourne à l’origine
se pulvérise sable

recommence

l’instant de  se défaire
s’amenuise vers l’aube
même geste augural

tomber

à reprendre toujours
qui mène la main vers
un visage de pierre

aveugle

d’une strie l’autre vient
plus évidente encore
s’érailler la paroi

vers ce qui fait

visage orant sans nom
l’immortel sans regard
où peut prendre visage

vrai – vivre

le rivage de pierre.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :