IV, 3

Blanc d’où s’écoule le calme,  le vide bascule l’évidence la nuit.  Silence, l’écoute est de respirer ce silence, même l’écho vaciller  respirer sans cesse respire, écoute. Ce sont vertiges des corps que le pas, la chute, le souffle, ils chancellent et repartent sur la toile du monde, attente leurs pas, un halo dans le blanc vient rythmer l’intervalle. Le flot est à la forge d’ombres, le feu ne laisse pas voir son visage.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :