Feuillet 33

Josepha Gasch-Muche, display glass sur bois, 2003, détail.

dans le silence blanc
– est-il celui de Nuit

un voile

ou le pivot des Heures
déjà dépassé sans

la brume de mer

fin ni limite aucune-
leur barque avance étrange

efface la surface

une seule voix semble
perdurer aux cadences

efface le flot efface la terre

d’autres se taisent ou
murmurent d’un sommeil

un choeur

où les contraint le corps
qui leur permet d’aller

disparate et complexe

même perdus sans grâce
le lieu qu’ils cherchent est

accorde ses gestes

puis s’estompe fugace
là où l’aube se lève

accorde ses voix

comme vents et images
éphémères les jours

à l’horizon du chant.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :