Feuillet 38

ni leurs mains ni leur vue
ne tremblaient dans le sel

ils voyaient le partage
improbable des eaux

et cela s’avançait
bien plus dense que l’ombre

adossée  au  silence
toute une île appelait

ils allaient se jeter
aux écueils du chant noir

ils allaient incliner
aux rivages mortels

sous un flot continu
les accords étrangers

déferaient de la coque
le labeur des calfats

et les notes aiguës
couperaient les amarres

au delà du mouillage
il faudrait jeter l’ancre

et sombrer à l’abîme
que rebattent les flots.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :