I.38

Aucune lame

crue le nocturne

décrue diurne

où le point pivot
inverse l’absence

les vents se spiralent
dans un cœur d’hiver

sans feu ni lieu
des ombres passent

l’instant tournoie
il n’y a pas

d’évidence simple

les planches de vivre grincent disjointes.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :