d’un passage XLI

de revenir tu n’erres pas
la courbe de tes pas n’est plus
posée même à même le sable
chaque pierre brille diffuse

autre dans le faire du jour
serait-elle égale elle-même
les grands courants qui l’équilibrent
demeurent flux de l’éphémère

qu’elle soit ici posée blanche
ses argiles mêlées de sel
auraient pu n’avoir pas la forme

que seul un devenir nocturne
sculpte — c’est cela que ta main
recherche toute dans l’éclipse.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :