sans filet 174

la brûlure demeure

d’après la nuit le vent
lumière éblouie blanche

rien n’arrête
ni le pas
ni la voix

passerelles
trop fragiles
elles tremblent

et vacillent
d’aller hors
sur l’eau noire

la pupille se ferme
mais les yeux bien ouverts


un fer fiché à vif.


One response to “sans filet 174

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :