fonds noirs XXIII- interstices perdus.

le rideau va tomber
s’est-il jamais levé
toute forme perçue
n’est-elle que d’autre ombre

tu sais que cette voix
l’épure de quel cri
perpétue tous les feux
pour un instant encore

la rampe instable que
tu franchis de ne pas
tomber chuter de tout  ton corps quel côté

de ce reste dresse un mur impassible
plutôt n’y pense pas
vas peins jusqu’à ce souffle.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :