fonds noirs XXVI – interstices perdus

d’un geste plus sûr traverse

chaque trait vient accroître
l’horizon à ta voix
soit le feu sa mesure limite
déjà elle ne peut

qu’entendre danser l’ombre
— elle va et s’élance
sans connaître où les pas
rejoignent leur dessein —

il n’y a d’autre scène
que celle trop tangible
où des planches rugueuses

blessent qui marche là
brûlent qui marche chante là
et va fermer les yeux

aux limites du vertige.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :