fonds noirs XXVII – interstices perdus

il n’y a pas d’énigme
toute voile disparaît
au lointain qui est

il n’y a pas d’autre
rive sinon celle
entrevue en rêve
chaque jour dissipe

un peu de la brume
mais la route n’est
pas inscrite aux noirs
de ce qu’on avance

le navire cède
à sa part nocturne
son erre retourne

au sillage blanc
que laissent  en vain
ses planches disjointes

à l’horizon de est son chant
c’est cela seul que tu peins
la barque est bien frêle.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :