XLIX – fonds noirs – interstices perdus

c’est devant toi muet
la main ne peut plus rien
le geste s’accomplit
clos son orbe s’enroule  se ferme

les fonds noirs à cela
qui fut un intervalle
tenaillé par l’accord
d’une nuit haute hors

il n’y a plus à faire
sinon laisser l’amont
submerger la surface

l’étreindre d’un pan mat
sous quoi viendront brûler
les cristaux du regard.

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :