LI – fonds noirs – interstice rompu

de l’une à l’autre de ces rives
la barque de vivre tresse le vent — la voile

que la forme soit cassante
ou le cadre trop étroit
seul importe le tremblé
au bout de tout geste exact
la toile alors vient se rejoindre  retire
il n’y a plus de matière
à peine un peu de lumière

fût-elle l’aile noire ou l’emprise de l’ombre
s’incurve les astres éteints

tout cela meurt sans un bruit
la poussière le recouvre
où aller avant l’oubli.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :