breuils

la friche durcie
ses breuils défeuillés
des éclats de pierre
la terre alluviale

un hiver entier
amorce ses gels
et toutes les eaux
vont se figer là

et de cela — quelle araire
ici le — un sillon
vient fendre — le fleuve rompt rompre le fleuve les eaux

la Nuit sans aucune
mesure n’est plus
constellée aux  que jetée de souffles vents. que d’elle.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :