blancs

des pas des voix tous
froids —  et nus — et blancs
ici dans le jour
froid et nu et blanc
perdus —  comme si

toute direction
était abolie
toute direction
— le sens égaré
à ses labyrinthes

et l’absurde le plus nu seul vide
à régner ici
et respirer même

on vient on s’en va
il n’y a rien autre
scellé au vivant.
sinon cela seul.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :