a_symétrie — 1

ces visages
    _ une page
le vent laissé loin
    en nos ombres

aux cimes brisées
d’autres se penchent
    _ quoi attend

la cognée
ou l’élagueur
    _ & quel espace

on vient ici à ce qui
    à jamais
renouvelle de peu
    sur l’eau noire
le plus simple du souffle

ce qui est va intact
   sans dehors
et la brume des choses
   muable

éblouit — un matin
    sur la terre vaine.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :