a_symétrie — 4

sans rives ni berges
— flots — et d’une eau noire
froide encore hivernale d’être
sans rives sinon

sans rives sans berges

sans — et nulle barque
— pour seuls passeurs
des reflets

bleus — les bancs de galets
des sillons de ciel
s’éblouissent tombés

là — sans aucun autre
chemin que d’aller sur les fleuves

au long desquels crient des oiseaux de mer
à corps perdu.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :