a_symétrique –5

scènes comme songes
ou souffles que laisse
l’aube loin déjà

où nous sommes ce qui respire

clairières
les arbres s’ébrouent
la brume frêle tremble
la rosée blanche

au point du jour
cela que le jour tient

champ électrique bleu
dessous la peau
rêche et grenue
la forme ténue des heures matins

les espaces désassemblés d’être

la terre nue en poussière
vaine comme
loin vole sous le vent

un écrin de nuit
parmi quoi
la chaleur amoncelée
fragile encore au parcours des ombres
parmi quoi s’ouvre
un écrin de nuit

mais nulle foudre
nul assentiment

la forme révolue

un sommeil peut-être
comme pierre égarée

que lève la stèle d’absence.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :