a_symétries — 7

    tout un

monde adventice passe
racine comme avoine folle
laissée là au grand vent

    — le mouvement des branches

et l’orée d’herbes sèches
un sommeil comme roche
et l’oreiller d’herbes
— la roche du sommeil
pour fragmente où demeurer

    ici — 

ici que la friche gagne
à son règne arasé

   comme après l’hiver

l’emmêlement de toute forme
un devenir de pluies
retient la lumière
de grandes flaques d’aube

et l’afflux irréel des étoiles
ô elles les en-allées sous les aubes

    une brume de jours.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :