a_symétrie — 8

des nuées grises toutes
— et traversées
— passages — les brumes du fleuve
ces trouées de lumière

l’une parmi les dernières gelées
la voix instante creuse
à ce qui d’elle disparaît
comme_un songe s’efface

aux collines blanches
des arbres noirs encore
un verger que voue
à l’invisible effloraison

la nuit éloignée seule
nue
— des braises brûlent bas
sous la cendre..

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :