a_symétries — 9

la cendre mêlée

éparse au vent

tout un monde infime

—  sans nom

le reflet
sur l’eau calme et noire

des arbres nus encore

l’inaudible chant
qu’entendent les ombres
la pierre et la stèle

ces riens — leur ascèse

le sillage du ciel
sans autre nuage.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :