a_symétrie — 19

ici seule l’ombre
des arbres perpétue
la combe que fut un névé
et disparaître

ici avant le soir
— quoi demeure passage
et trait — un torrent étranger
parmi les feuilles sèches

les herbes courbes blanches
et la pierre mêlées
— hier au consentir des sources consentent  la source
vivre clive creuse sa gemme de ciels nus

et l’eau apaisée toute.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :