a_symétrie — 20

quelque dans le soir
sans                ce rien toujours

et le fleuve
riant sa langue même
ô l’inouïe pierre

tombée d’un reflet
l’autre voix rocailleuse

et tout le jour parcouru nu

un entrelacs de ronces brille
avant les fruits noirs mûrs
plus avant dans le temps.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :