a-symétrie — 21

ces sillages
au commun des vents
— la passée des feuillages
neuve éclose

— épure fine au jour

et dessus la terre nue vive
le bleu des soirs et la rosée
comme uns et enlacés

sur la frange des ciels

tombés et dansants

tombés et dansants
des pas altiers légers
brefs d’avant l’envol
migrateur

que risque encore vivre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :