a_symétrie — 29

mue sans cesse par l’aube
la voix comme augurale
retourne le silence
d’une pierre cette autre

chair de mots où se prend
un peu de jour encore
entre les mains ce rien
que la lumière entoure

même le pas perdu
ici sans devenir
lui-même cette roche

on devine le vent
tout ce qui se dérobe
et soi — passage aveugle.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :