a_symétrie 37

le vent sous les yeux

que les arbres échevèlent

— quoi souffle ici sinon

quelque loin sans noms

on efface les traces à peine marquées

de ceux qui passaient là –vers l’inconnu

le seul connaître travaille le jour

on va infime délier les signes

— ils se sont ouverts sans pourquoi

ô les indifférents.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :