a_symétrie — 39

ce porche — mais quel
que retrouve ici
le chant des oiseaux

— et la ronce des jours
le jardin défait d’avant l’heure
ouvre comme d’ elle-même
aux  traits du sable

la sente parcourue
toute une effacée parmi l’aube
passée de qui était là — et sa nuit.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :