a_symétrie — 117

orage comme
dessous les piliers
l’ombre tourne
électrique
une foudre immobile
lentement

la lenteur cisaillée
et toute assise redevient
jetée déchiqueté
et précaire comme sable
sur la faille ouverte

l’indéchiffrable vivre

trouble
l’eau dormante brille froide.
un reflet tremblé pauvre sombre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :