a_symétrie — 208

d’un monde l’autre
et c’est toujours un même
vide sous le pas

un même regard
vient delà les poussières
retendre les arches

aux prismes de la pluie la lumière se colore
ô la dénouée ô l’aile éparse sans ombre. des spectres.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :