a_symétrie — 213

quelque pas cherche l’autre
l’arbre sans racine
désire on incline au plus large espace

après lui

que mais la terre nue
désormais désolée
d’être vacante et nue

quelle rive

— on quitte entre dans le gouffre
sans jamais consentir
à la nuit sans étoiles

sans repos

le vertige n’emporte jamais que la chute.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :