a_symétrie — 218

erre d’avant l’aube
par quoi devenir d’encore sa nuit le jour naît nu

dans parmi la ruine contrebas
un oiseau reprend remet chaque note au clair

pas même la brume
trille et à peine une brèche flûte légère

l’impermanence noue le lieu
aux feux qui ne sont plus _ mais

la rosée ébroue au silence
son le devenir et son ellipse intermittent

delà les mo(r)ts.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :