infime _ 29

c’est
ici comme demeure
une autre langue
en lisière toujours du voir
ici comme demeure
la falaise et la source
et la vasque rouge
et plus loin les hêtres sans âge
— dans l’écho des éboulis tout s’efface
de ce que furent les ombres — l’oubli

autant de lichens que de pas perdus.
sans pourquoi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :