infimes_47

le vent
assourdit la ville s’assourdit
comme vide
on emporte
quoi ici des branches qu’agitent
les flux venus
du plein sud
tendent des toiles
toutes trop au terrestre

l’épaisseur des ombres perd l’appui des vieux murs.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :